Société › Actualité




Crise sociale: le premier ministre rencontre le syndicat et le patronat

Les syndicalistes et le patronat guinéen  ont rencontré le 18 Juillet dernier, le premier ministre chef du gouvernement.  La rencontre…

Les syndicalistes et le patronat guinéen  ont rencontré le 18 Juillet dernier, le premier ministre chef du gouvernement. 

La rencontre tripartite syndicat-patronat et gouvernement s’est dĂ©roulĂ©e Ă  la primature autour de la question relative Ă  l’augmentation du prix du litre de carburant Ă  la pompe. Dans les dĂ©bats,  le premier ministre a expliquĂ© de long en large la situation qui a poussĂ© son gouvernement Ă  augmenter le prix du carburant.

« La contrainte majeure liĂ©e au prix, nous devons l’assumer » a entamĂ© Kassory Fofana avant d’expliquer qu’au moment oĂą les parties signaient un accord de ne pas augmenter le prix du carburant, il n’Ă©tait pas aux affaires.

« Le prix Ă©tait Ă  47 dollars,  et vous aviez prĂ©vu dans votre accord tripartite que quand le prix atteint 57 dollars,  vous le bougez. Au moment oĂą nous fixions le prix du litre Ă  10000francs le baril Ă©tait Ă  73 dollars et aujourd’hui on est Ă  80dollars le baril. Ă€ la situation actuelle, mĂŞme les 10000francs sont insuffisants pour s’en convaincre, comparez par rapport Ă  la CĂ´te d’ivoire (producteur en partie de son pĂ©trole) au SĂ©nĂ©gal ou au Mali. Partout le prix est plus cher qu’en GuinĂ©e. La Sierra Leone a fait une augmentation de 33% pendant que nous avons augmentĂ© de 25% … » s’est dĂ©fendu Ibrahima Kassory Fofana.

« La plupart des pays subventionnent certains produits pĂ©troliers.  Mais cette politique s’est rĂ©vĂ©lĂ©e coĂ»teuse. Le carburant nous ne le produisons pas.  Nous achetons et nous revendons, si ce sont les denrĂ©es essentielles,  on peut comprendre. C’est un mal commun  pour l’ensemble de la planète parce que tous les pays qui ne sont pas producteurs du pĂ©trole confortent ce mal…. » a expliquĂ© le chef du gouvernement.

« Nous sommes disposĂ©s pour les mesures d’accompagnement et ensemble on peut travailler la dessus » a lancĂ© Ibrahima Kassory Fofana Ă  ses interlocuteurs.

Les syndicalistes disent avoir entendu le message et promettent de retourner à la base pour rendre compte se avant toute réponse.

PrĂ©sent Ă  la rencontre,  le mĂ©diateur de la RĂ©publique s’est rĂ©joui, dit-il, de cette première victoire.

Pour rappel,  le syndicat a lancĂ© un mot d’ordre de grève gĂ©nĂ©rale et illimitĂ©e Ă  partir du lundi 23 juillet.