International › APA




Nigeria : la crise nutritionnelle s’intensifie (ONG)

L'insécurité alimentaire chronique et l'escalade des violences ont accentué la malnutrition.Dans le nord-ouest du Nigéria, la crise nutritionnelle risque de…

L’insĂ©curitĂ© alimentaire chronique et l’escalade des violences ont accentuĂ© la malnutrition.Dans le nord-ouest du NigĂ©ria, la crise nutritionnelle risque de devenir ingĂ©rable sans un renforcement rapide de l’aide humanitaire. Selon MĂ©decins Sans Frontières (MSF), la malnutrition, largement ignorĂ©e par les bailleurs de fonds et les autoritĂ©s locales, menace la vie de dizaines de milliers d’enfants.

« Si la pĂ©riode de soudure a commencĂ©, le pic de transmission du paludisme reste encore Ă  venir, ce qui pourrait aggraver la crise nutritionnelle », a dĂ©clarĂ© Michel-Olivier LacharitĂ©, responsable des opĂ©rations d’urgence de MSF, soulignant que sa structure se prĂ©pare Ă  prendre en charge jusqu’Ă  100.000 enfants malnutris.

« MalgrĂ© les appels que nous avons lancĂ©s ces derniers mois, nous n’avons pas encore vu la mobilisation nĂ©cessaire pour Ă©viter une crise nutritionnelle dĂ©vastatrice », a ajoutĂ© M. LacharitĂ©, citĂ© par un communiquĂ© reçu ce jeudi Ă  APA, demandant la mise en Ĺ“uvre de secours mĂ©dicaux.

MSF explique que le retard et l’insuffisance de l’aide humanitaire actuelle dans le nord-ouest du Nigeria s’expliquent en partie par le fait que les Nations unies ont exclu cette rĂ©gion de leur plan de rĂ©ponse humanitaire national pour l’annĂ©e en cours. Ce dernier se concentre principalement sur la situation critique dans le nord-est.

Or, a affirmé déclare Froukje Pelsma, cheffe de mission MSF au Nigéria, « la situation critique des enfants souffrant de malnutrition dans le nord-ouest du Nigéria ne peut continuer à être ainsi ignorée ».

Ce faisant, elle appelle « les bailleurs et les agences internationales, notamment le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) et le Programme alimentaire mondial (Pam) Ă  accroĂ®tre leur soutien aux Ă©tablissements de santĂ© afin de permettre aux communautĂ©s d’avoir accès Ă  des traitements nutritionnels, en collaboration avec les autoritĂ©s nigĂ©rianes qui doivent Ă©galement apporter leur contribution ».